LE MARIAGE DE BARILLON

Tout est prêt pour la célébration du mariage de Barillon et Virginie, fille de la jeune veuve Jambart , dont le mari a disparu en mer le lendemain de sa nuit de noces.

Les employés municipaux donnent un dernier coup de plumeau à la salle lorsque arrivent les premiers invités. Les embrouilles viennent déjà perturber la cérémonie : il y a une affaire de duel entre le maire et le futur ; un prétendant de Virginie surgit à l’improviste ; et, dans la confusion générale, une erreur se glisse dans l’enregistrement des prénoms.

 

Barillon se retrouve marié à la veuve !

 

Tout pourrait s’arranger, mais on n’est pas dans la réalité, on est chez Feydeau. Jambart débarque avec un phoque, après deux ans passés sur une île déserte. Voilà notre veuve flanquée de deux maris… et aucun dans son lit ! À la suite d’un nouveau coup de théâtre, Virginie pourra convoler avec son Surcouf chéri, et le pauvre Barillon sera le dindon de cette farce énorme.

 

LES PROCHAINES REPRESENTATIONS

22 novembre à 20h30

L'Agora à St Ismier

30 novembre à 20 h.

Le Carré d'Ars à Le Pin

11 janvier 2020 à 20h30

L'Oriel à Varces Allières et Risset

NOTE D'INTENTION

Après avoir créé "Un chapeau de paille d'Italie" d'Eugène Labiche et "La dame de chez Maxim" de Georges Feydeau, s'est posé la question de la continuité et de l’opportunité de monter un autre vaudeville pour terminer cette trilogie.


Continuer à remonter dans le temps, aller fouiller plus avant dans les œuvres de Labiche, Courteline, Feydeau ?
Je me suis alors mis à lire tout Guitry et même des pièces plus "récentes" de Barillet et Grédy pour travailler non seulement sur le comique au théâtre mais sur son évolution. Je ne me permettrais pas, bien sûr, d'émettre des critiques sur ces deux auteurs, mais je me suis heurtée à une langue et des situations un peu désuètes qui ne me parlaient pas et qui se rapprochaient plus du boulevard que du vaudeville. Même si bien évidemment, je reconnais le talent indéniable avec lequel ces pièces sont écrites. Je suis donc retournée à mes premières amours. Et parce que les deux précédents spectacles ont été portés par une équipe de comédiens, j'ai cherché un texte qui pourrait être incarné par ces artistes là.

 

Le mariage de Barillon, pièce peu montée a eu ma préférence. Parce qu'elle sort des sentiers battus des vaudevilles plus conventionnels où il est question du mari, de la femme et de l'amant, que c'est Madame Jambart, une femme, qui mène la danse, qui jongle avec ses deux maris; qu'il est même question d'homosexualité latente, de couple à trois, mais que surtout, elle est prétexte à mouvement, que le langage, les situations absurdes et improbables mais à la logique implacable entraînent les personnages dans une expérience folle et qu'Il faut se laisser embarquer sur le manège qui accélère à chaque tour jusqu’au vertige, jusqu’à la folie qui nous dépasse.

 

C’est en cela que Feydeau demeure très contemporain, voire précurseur et c'est pour cette raison qu'il me plait plus que tout autre comme auteur de comédie familiale.


Emmanuèle Amiell - 2019

 

Contacts

2 rue des trembles - 38100 Grenoble

04.76.45.80.93 / 06.95.15.23.27